Tuesday, October 18, 2005

Un Marocain au service des diplômés chômeurs

Tapez « diplômés chômeurs » sur Google news. Qu’est ce que vous obtenez comme résultat ? Eh ben, 17 sur 20, soit la quasi-totalité, concernent le Maroc… Eh pourtant, « Maroc » ne faisait pas partie des mots clés de la requête !

Qu’est ce que cela suggère ? Est-ce que « Diplômé chômeur » est synonyme aujourd’hui de Marocain ? Evidemment non. Même dans les pays développés, il existe des diplômés chômeurs. Cette tendance, d’ailleurs, va crescendo, en raison, non seulement des crises économiques ici et là, mais surtout de l’outsourcing pratiqué par les multinationales, toujours avides de multiplier les gains. Cependant, la « mention très bien » (17/20) enregistrée par le Maroc est révélatrice du drame des diplômés chez nous, et du fait que le chômage les concernant est d’une dimension nettement plus importante.

Au milieu de ce chaos, Abdelkrim Samiri, un Marocain résidant en Suisse, propose un programme innovant permettant une formation de diplômés chômeurs en 6 mois afin de les aider soit à (re)trouver un emploi, soit à créer leurs propres entreprises. Ce programme a été lancé en Suisse, en 1996, par le Marocain, avec des résultats très probants. Fort de ce succès, Abdelkrim, récemment au Maroc, propose donc d’implémenter une version Marocaine du projet. Les coûts sont modestes, mais est ce que le gouvernement voudra y montrer de l’intérêt ?

Pour en savoir plus :

Diplômés chômeurs: La fin du calvaire?

Tuesday, October 11, 2005

La photo du jour: mosquee Hassan


Un petit peu de nostalgie pour les exiles: minaret de la mosquee Hassan a Rabat, le 23 Aout 2005, peu apres le coucher du soleil (cliquez sur la photo pour la voir en grand format :).

Thursday, October 06, 2005

Zaki, héros ou vilain ?

"Ce que je sais le plus, finalement, sur la morale et les obligations de l’homme, je le dois au football…". Cette citation émane de l’écrivain Albert Camus, qui était gardien de but dans sa jeunesse. Le moins que l’on puisse dire, est qu’elle est très d’actualité à la veille de ce houleux Tunisie-Maroc qui nous attend ce week-end. Samedi soir, après le coup de sifflet final, la "morale" se fera toute petite devant la passion, la haine, l’euphorie, la déraison, l’extase, la colère, … toutes conséquence d’une émotion démesurée...

Dans ce climat, coté Marocain, rarement une personne aura mis en jeu toute son réputation, tout son statut comme ce sera le cas de Zaki, l’entraîneur national. Ce dernier, en une seconde, pourra devenir l’homme le plus adulé ou le plus haï au pays. Car, "ça prend seulement une seconde pour marquer un but", comme disait Brian Clough. Mais cette seconde fera couler beaucoup d’encre. Cette seconde fera écrire des pages et des pages par des journalistes, ou plumitifs qui, selon la tournure des évènements nous expliqueraient la « tactique naïve », « la grosse erreur » ,« le match perdu d’avance » dans un cas, ou « la grande intelligence de Zaki », sa « victoire tactique », « son assurance », « sa certitude de gagner » et « sa capacité phénoménale de mener les hommes et gérer les conflits socio-psychologiques, etc. », dans l’autre cas.

Techniquement, le mot qui reviendra souvent sera « tactique »: « Tactiquement, le Maroc a …”, « Le match sera ( a été) tactique », « Zaki a gagné (perdu) son match tactique face à Lemerre). Tactique, tactique, tactique… Si seulement ces "experts" de la tactique écoutaient ce que disait B. Clough, encore lui, « Les joueurs te font gagner des matchs, et non pas les tactiques. Il y a plein de bêtises sur la tactique racontées par des gens qui savent à peine comme gagner au domino ».

Pour encourager ses joueurs, Zaki ferait mieux de leur conseiller le jour du match : « Si vous êtes dans la surface de réparation adverse et vous ne savez pas quoi faire avec le ballon, mettez le dans les filets, et nous discuterons des différentes options plus tard » comme disait, un jour, Bob Paisley.
P.S. Indépendamment du résultat de Samedi, je pense que la prestation du onze Marocain a été très médiocre lors des éliminatoires. En plus du match nul contre la Tunisie at home, les Lions de l’Atlas ont perdu bêtement 6 points à l’extérieur face à des équipes faibles.

Tuesday, October 04, 2005

La photo du jour




Photo prise (source: AP), ce Mardi 4 octobre, à Derb Sultan à Casablanca. Le coup d’envoi du Ramadan est donné. Malheureusement, on n’a pas encore envisagé la distribution sur commande on-line pour les expatriés. Chebbakia.com, ce n’est pas encore pour demain. Pourtant, c’est un business bien prometteur. Avis aux intéressés…

Monday, October 03, 2005

Ramadan Moubarak

Le jeune du mois de Ramadan est le 4ème pilier de l’Islam, mais, curieusement, au Maroc, il est au top de la hiérarchie. Je l’explique par deux raisons : a) la passivité relative que l’observation de ce rite implique, et b) la grande marge culturelle que ce rite laisse aux fidèles (cuisine, coutumes Ramadanniennes, etc.) par rapport aux autres piliers de l’Islam.

Au Ramadan, on est censé manger moins, mais au Maroc, ce mois est généralement accompagné par une inflation de certains produits, par une consommation largement plus importante, qui, de plus, est concentrée dans une fourchette de 10-15 heures… Bonjour le diabète, le cholestérol, …

Au Ramadan, on est censé être plus tolérant, moins nerveux, plus conciliant, mais au Maroc, le taux d’adrénaline atteint des records difficiles à égaler … Cela a un nom : Tramdine…

Le mois de Ramadan est censé être un mois de spiritualité, mais au Maroc, c’est le mois des jeux de hasard par excellence. Allez savoir pourquoi.

Mais, au moins, au Maroc, au mois de Ramadan, l’esprit de famille reprend ses couleurs, quoique des couleurs moins vives qu’avant. Ce n’est pas rien.

Ramadan moubarak.