Friday, April 29, 2005

Les arabes sont-ils sectaires? (1ere partie)

Comment les arabes traitent-ils leurs minorites? A la lumiere des evenements recents en iraq, le constat n'est pas tres brillant. Sous le regime dictatorial de Saddam Hussein, les postes clefs de l'administration etaient le lot priviligie des arabes sunnites, au detriment des chiites et des kurdes, pourtant majoritaires dans le pays. Maintenant que le regime de Saddam est parti, et que le pays connait une nouvelle ere de participation et d'egalite (au moins en apparence) jusqu'ici inconnue au Moyen-Orient, les chiites et les kurdes ont ete appeles a jouer des roles plus importants au sein du gouvernement et de l'administration, au grand dam des arabes sunnites. A l'extreme droite des forces politiques en jeu, Abu Musaab al-Zarqaoui condamna sans ambages cette nouvelle direction, et fut l'un des premiers a condamner categoriquement la democratie en iraq qui, a ses yeux, est juste une autre manigance des americains destinee a amener les "mecreants" chiites au pouvoir. Le roi Abdallah de jordanie, avec tous ses airs modernistes, ainsi que le president Mubarak d'egypte ont tous les deux exprime leur inquietude d'un etat chiite en iraq qui formerait, avec l'iran au nord et le liban au sud, une "alliance chiite" inquietante au moyen orient. Sur les chaines arabes televisees ainsi que dans les journaux, les commentateurs de tout poil (secularistes et islamistes), en majorite sunnites, n'arretent pas de nous rappeler que al-Seestani est un iranien, que les sunnis devraient avoir plus de pouvoir (meme s'ils ont boycotte les elections), que la nouveau sectarisme explicite en iraq est injuste, tout en oubliant qu'ils n'ont jamais proteste quand eux, les sunnites, etaient les beneficiaires du sectarisme implicite de Saddam. Sur ce blog, et a travers un nombre de billets (dont celui-ci est le premier), ont va essayer de nous pencher sur certains aspects du sectarisme dans la presse ecrite du monde arabe. Le premier exemple que je voudrais proposer vient du quotidien marocain Attajdid. Dans un article publie aujourd'hui, on lit le paragraphe suivant, dont le moins que l'on puisse dire est qu'il est extremement recommendable:

إن إنجاز خطاب إعلامي قوي ورصين وفاعل ومتفاعل مع الحقائق ومؤثر على العدو وأساليبه الدعائيةليس بالأمر المستحيل إطلاقا إذا اعتمد خطابنا المساند للمقاومة على الصدق والمنهج العلمي في التعامل مع الوقائع والتجرد من الأهواء الشخصية واعتماد الحرفية المهنية العالية والموضوعية التي تأتي من تعدد وجهات النظر والابتعاد كلياً عن خطاب الصراخ المجافي للموضوعية. وستكون الاستنارة بهدي الآية الكريمة ( فأما الزبد فيذهب جفاء ،وأما ما ينفع الناس فيمكث في الارض ) آية 17 سورة الرعد؛، نبراساً لمن يريد أن يركن إلى كتابة خطاب موزون حكيم يقنع العاقل وغيره عدواً كان أم صديقاً. ولا بد للكاتب أن لا يضع نفسه في إطار مغلق لا يستطيع الحراك خارجه حيث يسطر الكلمات جزافاً وعندها تتسع الهوة بينه وبين الحقيقة يوماً إثر يوم، وكذلك عليه أن يدرك أن الخطاب المؤثر هو من يقرأ المتغيرات والأحداث ويحللها ويغربلها بغربال الحقيقة الواعية ويقدمها بلغة سليمة مقبولة اجتماعياً وأخلاقياً وبشكل معبر عنالمسؤولية والحرص لخدمة قضية الوطن.

Il y a malheureusement un grand decalage entre l'ideal decrit dand le paragraphe ci-dessus d'une part, et la pratique quotidienne d'Attajdid d'autre part. Si on examine les choses de plus pres, on decouvre vite une propensite des commentateurs d'Attajdid a decrire la "resistance" de facon tres glorifiante (en passant sous silence, bien sur, tous les massacres de civils -- en majorite chiites -- et les degats causes a l'infrastructure), et la facon presque systematique avec laquelle ils critiquent toute intiative politique, en particulier celles emanant des chiites ou des kurdes. Le cas Yasser Zaatra, un commentateur islamiste jordanien qui ecrit quotidiennement pour Attajdid, est digne d'interet. Dans le quotidien marocan Al-Ahdath al-Maghribiya d'aujourd'hui, il y avait un article qui donne plus de details sur les tendances sectariennes de cet auteur:

مع الاسف لا يزال ياسرالزعاترة من على منبر جريدة "التجديد" منهمكا في تأجيج النعرات الطائفية بلمزه وغمزه، وسوء الظن بكل من لايتفق معه في الرأي. ما زال يحمل كل ما يصدر عن زعماء الشيعة في العراق أو الاكراد على أسوإ الاوجه. ومع ان احد القراء قد رد عليه، بان هذه الشنشنة غريبة على المجتمع المغربي، الذي عرف بانفتاح على كل بني البشر، فما بالك بمن يشترك معك في التوحيد والنبوة واليوم الاخر. الا أن الزعاترة ما زال مصرا، بل يزداد موقفه تطرفا يوما بعد يوم في تخوين كل من لا يساند ما يسمى "المقاومة" في بلاد الرافدين. ليس القصد من هذا المقال الدفاع عن الشيعة أو الاكراد، ولكن المبتغى هو المساهمة في الوقوف ضد حملات نشر الحقد والكراهية ضد اي كان ممن ينتمي الى هذه الامة. وذلك لما لهذه الحملات من الوقع على عقول ومشاعر الشباب المغربي، حيث تدفع بهم تلك الافكار التي تروّج لليأس والاحباط الى ارتكاب جرائم يشيب لها الوليد. يصبح منتهى حلم الشاب هو تفجير نفسه في مسجد شيعي او مكتب تابع لحزب كردي. فبئس أمة يكون حلم شبابها هو الامعان في القتل والدمار بين المستضعفين الذين لاحول لهم ولا قوة. وبئس أمة تنعت تلك بالمقاومة ، او تلتمس العذر لمقترفي تلك الجرائم.

A la fin de ce billet, je me dois encore de poser la question: les arabes sont-ils sectaires? A vous de juger.

Thursday, April 28, 2005

Campagne d'assainissement

Dans Tel-quel de la semaine derniere, une interview assez interessante de l'ancien ministre de la justice Abderahmane Amalou, qui donne une idee sur la facon de fonctionner de notre gouvernement a la find des annees 90. Moment fort de l'interview:

De qui émanaient les interventions en question ?
Du Premier ministre Filali, des membres du gouvernement comme Jettou et Kebbaj, des personnalités politiques, ainsi que certains conseillers royaux comme Driss Slaoui ou André Azoulay. Chacun procédait à sa manière. à croire tous ces gens, tous les inculpés étaient innocents et personne n’a jamais rien détourné. C’était à se demander où étaient, finalement, passés les 3500 milliards qui manquaient aux caisses de l’état.

Quelle était la position du roi, par rapport à tout cela ?
Vous savez, c’est le roi en personne qui avait utilisé, un jour, l’expression "Al-Amaliqa (les géants)" pour désigner certains membres de son entourage. Mon téléphone n’arrêtait pas de sonner. Les Amaliqa, qu’ils soient ministres ou conseillers du roi, m’appelaient pour faire relâcher telle ou telle personnalité : "Tu sais, Abderrahmane, X est un fils de bonne famille…". Ces gens allaient ensuite se plaindre au roi. Mais ils ne le disaient pas directement, se contentant de tourner autour du pot. Un jour, d’ailleurs, le roi m’a convoqué pour me demander : "wach ma ka’t’qdich lihoum ch’ghilat’houm (est-ce que tu ne leur rends pas de menus services) ?". Quand je lui ai expliqué exactement le motif de leurs sollicitations, il a sursauté : "Je crois avoir été clair à ce sujet, tu n’interviens pour personne".


L'interventionnisme au Maroc? Il n'y en pas bien sur! :-)

Tuesday, April 26, 2005

Amr Khalid: telemarketing de l'islam

J'avoue ne jamais avoir ete un fervent admirateur de Amr Khalid. Il est vrai que beaucoup de jeunes dans le monde arabe ont ete positivement affectes par ses emissions televisees, grace auquelles ils ont appris a penser l'islam autrement. Il est vrai aussi que Amr Khalid presente un discours raisonne a l'oppose des discours enflammes et pleins d'emotion de certains predicateurs, et qu'il preche la reflexion et encourage les attitudes positives vis-a-vis de la vie en general et de la religion en particulier. La raison pour laquelle je n'ai jamais vraiment ete un grand "fan" des emissions de Amr Khalid est que je trouvais ses idees assez superficielles. L'article suivant, paru dans al-Hayat d'hier, presente une critique assez detaillee (et, a mon avis, assez severe) du phenomene Amr Khalid et des reponse qu'il veut apporter aux maux de la societe arabe.

برنامج «صُناع الحياة» للداعية التلفزيوني عمرو خالد فعل نهضة أم بيع أوهام؟

غازي التوبة الحياة 2005/04/23

قدّم الداعية عمرو خالد برنامجين خلال مسيرته الدعوية من خلال قناة «اقرأ» الفضائية، الأول: «ونلقى الأحبة» لسنوات عدة، وقام هذا البرنامج على الوعظ والإرشاد والرقائق وإصلاح القلوب إلخ... والأرجح ان هذا البرنامج ادى دوره بنجاح في التوجيه الى الاخلاق الحميدة من خلال الوقائع التاريخية، والثاني: «صنّاع الحياة» استهدف منه إحداث نهضة في الأمة، وحل مشكلاتها الثقافية والنفسية والتربوية والصناعية والزراعية والمعاشية، وقد مضى على تقديمه اكثر من عام.

قبل مناقشة البرنامج الثاني لا بد من الاشارة الى ان استهداف النهضة أمر كبير. ومن الجلي ان كل المصلحين والمتطلعين الى النهضة اتفقوا على تشخيص معظم ظواهر الأزمة لكنهم اختلفوا على الحل، فقد التقوا على ان الفرد يعاني من امراض متعددة، وقد شاركهم عمرو خالد ذلك التشخيص، فأشار الى ان الفرد يعاني من امراض السلبية، وعدم الجدية، وعدم الاتقان، وضعف الارادة، وانه يعاني من مشكلات مرتبطة بالتفكير والعقل، ويعاني مشكلات في التعامل مع الوقت الخ... فكيف نظر عمرو خالد الى هذه المشكلات؟ وكيف عالجها


Pour lire l'integralite de l'article, cliquez ici.

Bien sur, l'article ne fait pas justice a Amr Khalid, puisqu'il ne presente que les "defauts", comme si les emissions de l'animateur egyptien n'avaient aucun cote positif. Cette remarque a part, je trouve que l'article est correct sur bon nombre de points. Jallal, qu'est-ce t'en penses?

Sunday, April 24, 2005

Driss Basri perd un procès en diffamation contre un journaliste marocain

La tombée en disgrâce de Driss Basri continue. Maintenant, il perd le procès qu’il a intenté à Maroc Hebdo. Visiblement, Basri apprend tard qu’on ne peut soudoyer la justice française aussi facilement qu’il le faisait au Maroc quand il en était l’homme fort.
Jallal
------------------

Driss Basri perd un procès en diffamation contre un journaliste marocain

22-04 17:33:51
L'ancien homme fort du régime du défunt roi du Maroc Hassan II, Driss Basri, a perdu vendredi à Paris le procès en diffamation qu'il avait intenté à un journaliste marocain le mettant indirectement en cause dans le développement de l'intégrisme marocain à l'origine des attentats de Madrid.

Dans un article publié le 4 juin 2004, Maroc Hebdo s'attaquait à celui qui fut pendant un quart de siècle le puissant ministre de l'Intérieur du Maroc, l'accusant d'avoir préféré s'enrichir plutôt que d'utiliser l'argent du royaume à résorber les bidonvilles dont étaient issus les auteurs présumés des attentats de Madrid de mars 2004.

Le journaliste accusait également M. Basri, qui réside actuellement en France, d'avoir mis en place un "système aux allures de Cosa Nostra", nourri par une "propension pathologique d'accumulation gargantuesque et de pactole pharaonique pompé sur la misère des autres".

La 17ème chambre du tribunal correctionnel de Paris a estimé que ces assertions étaient diffamatoires mais a laissé au journaliste le bénéfice de la bonne foi.

Le tribunal a notamment considéré que les exigences auxquelles étaient soumis les journalistes français pour apporter la preuve de leur bonne foi (particulièrement concernant l'obtention de documents prouvant la véracité de leurs affirmations, ndlr) ne pouvaient être aussi fortes pour les médias marocains, compte tenu de "l'histoire et des modalités actuelles d'exercice des libertés publiques au Maroc".

Le tribunal a par ailleurs souligné que la partie civile elle-même avait reconnu l'existence d'un "système Basri" et les poursuites pénales visant certains de ses proches, notamment l'ex-gouverneur ainsi que l'ancien maire de Casablanca, pour des détournements de fonds.

Memoires de l'ancien premier ministre espagnol Jose Maria Aznar

L'ancien premier ministre espagnol Jose Maria Aznar vient de publier ses memoires. Il y raconte apparemment plein d'anecdotes sur les chefs d'etats et autres celebrites qu'il a recontrees durant ses annees au pouvoir. Le quotidien Londonien Al-Quds Al-Arabi publie aujourd'hui un article qui resume les souvenirs de la premiere visite d'Aznar au Maroc, et de la relation qui le liait a feu SM Hassan II:

أصدر رئيس الحكومة الاسبانية السابق خوسي ماريا أثنار كتابا خلال الشهر الجاري بعنوان صور شخصية عن زعماء عرفتهم يتحدث فيه عن 41 من الشخصيات السياسية والثقافية والرياضية التي عرفها، أبرزها الرئيس الأمريكي جورج بوش والفرنسي جاك شيراك وأسطورة كرة القدم دي ستيفانو والأديب بارغاس لوسا، ومن العالم العربي اختار الملك الراحل الحسن الثاني الذي وصفه بالسياسي المحنك وأكد أنه كان الوسيط بين طرابلس وواشنطن قبل إعلان زعيم الثورة الليبية معمر القذافي عن برنامجه النووي.
يبدأ أثنار مقاله في الفصل المخصص للحسن الثاني بالعبارة التالية عملا بالعادة السياسية التي تم إرساؤها، فالبلد الأجنبي الذي زرته بمجرد وصولي الي رئاسة الحكومة كان هو المغرب. فهذه العادة تؤكد علي الصداقة التي يجب أن تطغي في العلاقات بين بلدين صديقين تقاسما تاريخا طويلا وعلاقة تتوطد مع مرور الوقت، ومحكوم عليهما بالتعاون في عدد من القضايا التي يشتركان فيها .


Pour lire l'integralite de l'article, cliquez ici.

Friday, April 22, 2005

Dénouement controversé de l'affaire Barthez

Comme le precise cert article, c'est plutot l'affaire d'état qui a primé dans le jugement de Barthez.

Jallal

Une exportation Marocaine pas tout a fait orthodoxe

Immigrer a l'etranger pour ameliorer sa situation economique entre autres est bien. Mais certains ne peuvent se defaire de certains vices... Voir cet article pour en savoir davantage.

Jallal

Thursday, April 21, 2005

Commemoration de la naissance du Prophete

Aujourd'hui, les marocains commemorent la naissance du Prophete Mohammad (SAW). Cette pratique est souvent un critere assez fiable pour reconnaitre les musulmans traditionalistes des musulmans salafistes: alors que les premiers n'y voient aucun probleme, les salafis en general en sont extremement irrites et condamneront avec force toute forme de celebration, religieuse (comme les psalmodies de poemes, al-Amda7, comme on fait au Maroc) ou autre. Ceci est un article sur al-Mawlid Annabawi d'un islamiste egyptien traditionaliste qui est apparu l'annee derniere sur les pages du quotidien Al-Ittihad (Emirates). On y apprend que, bien que techniquement Al-Mawlid n'est pas une "fete" religieuse musulmane (et par consequent on ne peut pas parler de "celebration" au sens propre), rien ne nous empeche de "commemorer" l'evenement historique que constitue la naissance d'un homme dont la mission constitue le message final de Dieu a l'humanite . En essayant d'expliquer la position traditionaliste, l'auteur s'etait attire les foudres des salafis du golfe qui l'ont accuse d'encourager les "innovations" (al-bida3).

Joyeuse commemoration tout le monde!

Wednesday, April 20, 2005

Tariq Ramadan et le moratoire

Tariq Ramadan a lancé, il y a quelques semaines, un moratoire sur les chatiments corporels dans les pays musulmans les pratiquant à l’heure atuelle. Comme prévu, cet appel a suscité passion et indignation aussi bien chez les “traditionnalistes” qui voient dans cet appel une capitulation de Tariq face à l’”Occident”, que chez les “modernistes” qui y voient un cripto-islamisme caché de maniere subtile par un “double discours” . Dans mon premier commentaire sur le moratoire, j’ai envie d’abord de parler de ce fameux “double discours”.

Tariq Ramadan n’est pas un citoyen ordinaire, c’est un intellectuel qui a aujourd’hui une grande influence en Europe et en France en particulier. Il commence aussi à se faire entendre dans d’autres coins du monde. Il serait donc très maladroit, vu sa position, qu’il se prononce contre les châtiments corporels sans préavis. Une telle position le condamnerait pour toujours dans les pays ou ces châtiments se pratiquent. Tariq Ramadan n’est pas intéressé par offrir un discours sexy, à la manière d’un Dalil Boubakeur par exemple, plaisant à Sarkosy ou à un autre, et courant le risque de se faire rejeter par le monde musulman. Ce n’est pas son objectif. Il ne veut pas jouer au « progressiste éclairé » mais veut faire évoluer le monde musulman même si cela prend des générations. Il n’est pas intéressé par les honneurs de la République française. Il veut aller progressivement pour réussir à installer un débat inexistant jusqu'à maintenant dans le monde arabo-musulman. Quand j’entends parler du double discours, j’ai l’impression de me retrouver encore sur Le Point ou France Télévision. Il est navrant de voir qu’un BHL ou un Adler font école de cette façon. Quel double discours? Est-ce que des gens aussi sérieux et réputés que Alain Gresh, Vincent Geisser, Xavier Ternisien, les responsables de Politis.fr et j’en passe se sont tous laissés tromper par Tariq Ramadan au point qu’ils ne se rendent meme pas pas compte de son « double discours » ? Time, le magazine américain, est-il devenu il y a quelques années un magazine adepte de l’obscurantisme en désignant Tariq comme le Martin Luther King de l’islam ? Toute la propagande à laquelle on assiste aujourd’hui a été déclenchée par le réseau BHL suite à l’article de Tariq sur les nouveaux penseurs communautaristes. Nous pouvons être d’accord ou pas avec Tariq Ramadan, mais il est désolant de voir se répéter les termes « double discour », «obscurantisme », etc. comme si nous n’avions jamais entendu parler de l’Islam. Nous musulmans, ou musulmans de culture, connaissons tout de même les versets « polémiques » qui existent dans le Coran. En conséquence, nous devrions juger à sa juste valeur la difficulté rencontrée par un réformateur pour expliquer ces versets dans leur contexte à un monde musulman qui vit dans l’agonie depuis des siècles.

Jallal

Larbi: inventer l'espoir au Maroc

Lu, ce matin, un interessant post de Larbi, sur les raisons d'esperer (ou de desesperer :) au Maroc. J'ai poste la reaction suivante sur le dit blog:

***********

Je comprends la frustration d'Ayoub: vivant a l'etranger (en europe apparemment), il est impressionne, a juste titre, par le dynamisme des medias et de la societe civile, et estime que, par comparaison, le Maroc vit dans l'immobilisme. Bien qu'il y ait une grande part de verite dans cette position, je trouve personellement que les mentalites au Maroc commencent a changer, certes plus lentement qu'on le souhaiterait, mais ca change quand meme. En ce qui concerne la presse, bien que je ne suis pas toujours d'accord avec leurs analyses, je trouve que les gens de Tel-Quel font generalement du bon travail, et savent tres bien utiliser intelligemment le peu de liberte d'expression qu'ils ont pour denoncer la corruption et promouvoir plus de democratie et de droits de l'homme sans trop de heurts. L'audio-visuel (qui, indeniablement, a un impact plus important que la presse ecrite, surtout dans un pays comme le Maroc ou l'analphabetisme bat encore des records) reste malheureusement assez mediocre. Esperons que le lancement de chaines privees changera un peu les choses a ce niveau la.

Friday, April 15, 2005

Le terrorisme "marocain"

Bonjour a tous,

Bienvenue dans notre (votre) blog. Dans la section francophone, permettez-moi d’ouvrir les débats sur le problème du terrorisme en général et au Maroc en particulier. Voici un court article paru dans le numéro 167 du magasine hebdomadaire marocain Tel Quel concernant le pardon d’une mère à la société espagnole, suite aux attentas perpétrés à Madrid le 11 mars 2004.

"11 mars. Le pardon d'une mère
Je demande pardon au peuple espagnol pour ce qu’a fait mon fils". C’est ce qu’a déclaré la mère de Jamal Ahmidan, un des 7 terroristes marocains qui, cernés par la police espagnole, s’étaient suicidés collectivement peu après les attentats de Madrid du 11 mars 2004. Mme Ahmidan a aussi déclaré au quotidien madrilène El Mundo que Jamal s’était radicalisé à l’issue d’un séjour en prison au Maroc. S’agissait-il de Témara ? Et y avait-il été torturé ? La mère ne le dit pas. Quoi qu’il en soit, cela confirme que le "traitement Laânigri" des islamistes, loin de les "guérir", ne fait que les radicaliser davantage. Inquiétant, quand on pense qu’il y en a toujours plus de mille en prison…"


Ce que je veux discuter ici, est que, de part les raisons évoquées par cette pauvre mère, quelle sont les raisons et les causes du terrorisme « marocain » ? Les attentats impliquant des Marocains sont de plus en plus nombreux: Casablanca le 16 mai 2003, les attentas de Madrid, le meurtre de Van Gogh, l’implication d’une manière ou d’une autre de Marocains dans d’autres attentas, comme Al-Mossadek à Hambourg, Al-Moussaoui aux USA, etc. ; la liste devient de plus en plus longue. Bien sur qu’il doit exister des raisons communes avec celles liées au terrorisme international, ce dernier devant malheureusement un phénomène transnational, mais existe-il des facteurs spécifiques liés à la culture et au contexte politico-social marocains qui poussent un nombre de jeunes, aussi bien au Maroc qu’à l’étranger, de commettre ces actes terroristes ?

Jallal