Wednesday, June 29, 2005

Des marocains dans les news

Dans l'edition d'aujourd'hui d'Asharq al-Awsat, une interview avec Abdelghani Mazoudi, un des deux marocains juges dans l'affaire de la "cellule de Hambourg", et qui vient de rentrer au Maroc apres avoir ete relaxe par une cour de justice allemande qui l'a trouve innocent (Mounir Motassadeq, lui, a ecope de 15 ans de prison ferme). A lire l'interview, le cas Mazoudi semble bien etre celui, assez courant, de l'etudiant marocain, musulman pratiquant, un peu naif, qui sympathise avec les idees salafistes, qui se laisse un peu aller et qui prend les choses a la legere alors meme que le danger se profile a l'horizon. Je regrette ce qui est arrive a ce pauvre type, mais j'espere que son histoire pourra au moins servir de lecon a nos jeunes dans le futur.

Dans le meme numero d'Asharq al-Awsat, en premiere page, la photo d'un autre marocain, qui figure en tete de la liste des "most wanted" en Arabie Saoudite, et qui nous est presente comme le chef de la branche saoudienne d'al-Qaeda. Decidement, nos compatriotes, quand ils s'y mettent, ils n'y vont pas de main morte!

Thursday, June 23, 2005

Au sujet des reves premonitoires des membres d'al-Adl wal-Ihsane

Dans un billet recent intitule Mon seigneur Abdeslam que Dieu Le preserve!, notre ami Larbi jette un peu de lumiere sur l'organisation al-Adl wal-Ihsane, et plus particulierement sur ce qu'il appelle "l'art de la mystification" ou ce mouvement islamiste serait passe maitre. Citant l'utilisation par le mouvement de reves premonitoires comme outil de propagande, ainsi que la veneration surdimensionnee accordee au cheikh Yassine, il trouve que:

"L’organisation, qui se revendique comme la première force politique du royaume, apparaît ainsi comme une sorte de secte impitoyable entièrement vouée au culte de la personnalité de son gourou Mr Yassine!"

Bien qu'il y ait une certaine part de verite dans cette assertion, je pense que, dans un souci d'equitabilite, on devrait essayer de nuancer notre jugement un peu plus vis-a-vis du mouvement de Mr. Yassine, et ceci pour les raisons suivantes:

1. Tout d'abord, al-Adl est une organisation soufie. Cette grille de lecture est a mon avis essentielle pour comprendre la centralite des reves (et autres dogmes esoteriques) dans la pratique de cette organization. Ces reves et autres visions sont-ils inquietants? Si l'on regarde les choses dans une perspective soufie, je n'en suis pas vraiment sur. Les soufis, historiquement, ont toujours ete un peu aux franges de la societe, et ont plus ete preocuppes de spiritualite que de jeu politique. Dans leur quete spirituelle de rapprochement avec le divin, ils ont essaye toutes sortes de pratiques esoteriques, et ces pratiques et autres innovations leur ont souvent valu la condamnation de l'orthodoxie dominante. Certains, comme al-Hallaj ou Ibn Arabi, ont paye de leur vie leurs excursions extra-orthodoxes, qui ont pris des formes tres variees: poemes juges blasphematoires, danses spirituelles jugees innovatrices, visions ou hallucinations jugees offensives, etc. Au Maroc, nous avons une longue tradition de soufisme (qui parfois a degenere en superstition - en temoignent les pratiques de visitation et de sacrifices aux tombes d'un nombre impressionant de marabouts et autres coupoles adornant le paysage marocain). L'anthropologue Edward Westermarck en a fait l'objet d'une etude en trois volumes dans les annees 30. Extrait (1) :

L'un des disciples [de Sidi Hmed Bouqoudja] souhaitait aller en pelerinage a la Mecque. Le saint lui dit de se jeter dans la mer. L'homme alla a la mer, mais ne put se resoudre a se jeter a l'eau. Un autre homme est alors venu au dos d'un cheval, et lui demanda ce qu'il etait entrain de faire la tout seul. Lorsqu'il apprit qu'il suffisait de se jeter a la mer pour arriver a la Mecque, le chevalier fonca sans peur et se jeta dans l'eau. Le saint, qui etait cache dans l'eau, porta l'homme et son cheval sur ses epaules et les transporta jusqu'a la Mecque.

Pour revenir a notre sujet, les reves des membres d'al-Adl pour moi, malgre leur allures fantastiques, ne sont pas vraiment a craindre, et resultent a mon avis tout a fait normalement du conditionnement psychologique soufi. En psychologie, Freud nous a appris que les reves ne sont que l'expression de tensions et de frustrations refoulees, et qu'une concentration cerebrale intense sur un sujet donne peut souvent engendrer des reves qui relatent d'une facon ou une autre a ce sujet. Ainsi, quelqu'un qui passe ses journees a surfer l'internet a la chasse de photos salaces sans avoir l'occasion de decharger son energie sexuelle avec un partenaire reel va vraisemblablement avoir des reves erotiques la nuit. Un inconditionnel du barca qui passe ses journees a repeter en memoire les moments forts du dernier match des joueurs bleu et grenat va probablement rever la nuit qu'il fait des une-deux avec Ronaldinho sur la surface de reparation pour marquer ensuite un but dans la lucarne du Real. De la meme facon, un soufi qui assiste trois fois par semaine a des seances de dhikr, avec, que sais-je, des dances mystiques accompagnees d'etats de transe, aura tendance a avoir des reves hallucinatoires refletant ses preoccupations du jour et/ou ses frustrations ideologiques ou materielles (d'ou le lien avec la politique). Au demerant, cela fait des annees que Abdeslam Yassine predit la chute de la monarchie au Maroc, mais bien sur les evenements ont toujours montre qu'il avait tort. Preuve que ces reves a repetition et autres hallucinations (qui me font sourir par leur naivete, et qui sont vraisemblablement, comme je viens de dire, le resultat de lectures intenses de litterature soufie, et autres activites de ce genre), n'ont jamais ete prises au serieux par le leader meme du mouvement. Bien sur, l'instrumentalisation de ces reves et autres experiences mystiques (qui devraient relever de la sphere personnelle et non pas du champ d'action politique) comme moyen de mobilisation est assez condamnable a mon sense, car elle releve d'une conception plutot archaique de la pratique de la politique, donnant une place preponderante a l'esoterisme aux depends de l'analyse rationelle et critique. Mais de la a reclamer que ces reves sont "inquietants" ou "effrayants", il y a un grand chemin a parcourir pour arriver a me convaincre.

2. Al-Adl est une organization indigene. Justement, a cause de son ideologie soufie, elle est completement rejetee par les salafistes d'arabie saoudite, principaux bailleurs de fonds de l'islamisme (sunnite) international. Cela fait, il faut bien s'en rendre compte, qu'elle se situe en dehors des composantes dominantes (salafistes et ikhwanistes) de l'islam politique contemporain. A la difference des talibans, ou meme des salafis du Koweit ou d'Algerie, les dirigeants d'al-Adl ne recoivent pas de directives de l'exterieur du pays, ce qui doit etre cite a leur credit. (Par comparaison, les salafis du Koweit par exemple sont alles aussi loin en 1992 jusqu'a demander a Bin Baz, le grand mufti d'Arabie Saoudite de l'epoque, une fatwa pour savoir si c'etait religieusement legal pour eux de participer aux elections legislatives, et n'ont en fait participe aux elections qu'apres avoir recu le feu vert de leur "guide spirituel", un clair cas d'allegeance a une autorite etrangere -- le grand mufti faisant officiellement partie du gouvernement saoudien, avec un grade de ministre, ceci constituait aussi un clair cas d'ingerence saoudienne dans les affaires interieures du pays souverain qu'est le Koweit.)

3. Al-Adl n'est pas une organization clandestine. Bien au contraire, elle opere en plein jour, ce qui fait qu'elle est extremement facile a penetrer par les services de securite. Au moment ou l'on parle, je n'ai aucun doute que tout ce qui se dit dans les cercles de direction de la hierarchie d'al-Adl est immediatement transmis, analyse et decortique par les services de renseignement du ministere de l'interieur.

4. Bien sur, on pourrait s'inquieter du fait que le seul but du cheikh Yassine consiste a arriver au pouvoir. D'abord, je remarquerai que sur ce registre particulier, il est loin d'etre le seul. Mitterand aussi etait un opportuniste qui a commence sa carriere dans un parti de droite, avant de rejoindre la gauche par pur opportunisme politique ("J'ai rejoint le parti socialiste pour me faire elire", avait-il declare a un de ses proches). Cela ne l'a pas empeche d'etre un grand president de la France. Virtuellement toute la classe politique francaise actuelle est mue par l'ambition, que ce soit a droite (Chirac, Sarkozy, de Villepin et Cie.), ou a gauche (Fabius, Emmanuelli, Hollande et Cie.). Si le cheikh est vraiment l'arriviste ambitieux et sans scrupules que beaucoup de gens chez nous (y compris certaines elites de gauche) veulent nous faire croire, eh bien, qu'est-ce qui lui a pris d'attendre si longtemps pour tenter de s'emparer du pouvoir? Qu'il soit vieux, malade, et dependant ? Un homme sans scrupules et sans respect pour la vie humaine aurait tres bien pu mettre le Maroc a feu et a sang, comme les salafistes l'ont fait en Algerie pendant les annees 90. Il en avait bien les moyens, tant au niveau de la base populaire, qu'au niveau de l'organisation structurelle, et cela depuis la fin des annees 80. En fait, une lecture moins passionnee de l'histoire d'al-Adl comme mouvement politico-religieux indique que ce mouvement, depuis sa formation, a opte pour la non-violence (2), et je n'imagine pas un homme d'obediance soufie comme Abdeslam Yassine, qui a ma connaissance n'a jamais excommunie personne (pas comme les salafis qui font dans l'excommuniation, takfir, a tour de bras -- il suffit qu'on ne soit pas d'accord avec leur interpretation particuliere de certains textes religieux pour etre declare kafir), planifier des actes terroristes au Maroc. Pas d'accord? Allez-y, citez-moi une seule organization soufie, de part le monde, qui a ete impliquee dans des actes de violence a grande echelle ou de terrorisme. Que ce soit en Algerie, en Tchetchenie, en Afganistan, ou plus recemment en Iraq et en Arabie Saoudite (et meme chez nous, en relation aux attentats du 16 Mai), jamais une organization soufie n'a ete impliquee, mais ce sont bien les salafis/wahabis qui etaient toujours les acteurs principaux des massacres et autres atrocites contre les civils. C'est vrai, les militants d'al-Adl ont ete impliques dans des actes de violence sur les campus universitaires marocains. Mais la, pour etre equitable il faut aussi mentionner que les militants de gauche, dit "progressistes", ont eu aussi du sang plein les bras dans ces memes campus universitaires (et je sais de quoi je parle), et cela bien avant que al-Adl n'emerge comme une force majeure du mouvement etudiant au Maroc. Donc, a ce niveau la, j'oserai pretendre que les militants d'al-Adl ne sont ni meilleurs ni pires que les militants "progressistes" laiques de gauche. Pour revenir au cheikh Yassine, il ne faut pas forcement etre un islamiste pour respecter son parcours. Dans le numero de Tel-quel de cette semaine (3), l'academicien marocain Mohammed Chafik, collegue du sheikh au ministere de l'Education Nationale au lendemain de l'independence, affirme respecter l'homme, meme s'il n'est pas d'accord avec ses idees.

Voila pour les reves premonitoires. Bien sur, il reste beaucoup a dire sur les positions politiques des leaders du mouvement, sur leur projet de societe, leur conception du "gouvernement islamique", leur point de vue sur la democratie, etc. Ces questions pourraient former le sujet d'une critique detaillee, a base d'arguments et non pas d'emotions. Je me contenterai ici de remarquer que les idees du cheikh ont en fait beaucoup evolue depuis sa premiere lettre ouverte ("L'islam ou le deluge") a feu SM Hassan II. N'en deplaise a une gauche marocaine en perte de vitesse, je pense que les hommes et les femmes de bonne volonte devraient saluer et encourager les evolutions d'idees, comme l'acceptance (un peu tardive, certes, mais mieux vaut tard que jamais) par le mouvement des principes du jeu democratique (4). A l'heure ou meme des gens comme Olivier Roy, auteur du fameux Echec de l'Islam Politique, revise sa copie et appelle l'occident a dialoguer avec les mouvements islamistes qui rejettent la violence et qui acceptent les regles de la democratie (5), ou meme Bernard Lewis, malgre ses critiques nombreuses et acerbes des mouvements islamistes, et avec tout le poids de son autorite d'eminent historien de la civilisation islamique et de professeur emerite a Harvard, declare que l'Islam sera la religion du 21eme siecle, nous nous devrions de nuancer un peu plus nos jugements, et d'essayer de nous reconcilier un peu avec notre heritage culturel, ne pas faire d'amalgame (les soufis et les salafis, ce n'est pas du tout la meme chose), afin d'aider de facon constructive a creer un avenir meilleur pour notre pays. Les critiques destructives qui ne mettent en relief que les erreurs en evitant soigneusement de mentionner les progres, la creation d'ennemis imaginaires, ainsi que les viles attaques personnelles a la maniere de certaines publications dites "eclairees" (6), ne nous meneront qu'a un dialogue de sourds, dont les consequences peuvent s'averer catastrophiques pour le pays.

N.B. A en juger par les commentaires enregistres sur le blog de Larbi, certains lecteurs marocains reagissent aux questions ayant trait a l'islamisme de facon passionnelle. Je voudrais prevenir ces lecteurs, s'ils desirent laisser un commentaire sur ce billet, que les mots vulgaires ne seront pas toleres sur ce blog, et que tout commentaire irrespectueux de l'ethique du dialogue civilise sera automatiquement supprime. Merci pour votre cooperation.


Notes et References:

(1) Cite par Michael Wolf, in The Hadj: an American's Pilgrimage to Mecca, Grove Press, New York, 1993; page 91. (Passage traduit par Karim.)

(2) Nadia Yassine, Présentation du Mouvement Justice et Spiritualité, article paru sur le site islamiste oumma.com

(3) Interview du Dr. Mohammed Chafik, Tel Quel no. 181.

(4) John Esposito, The Islamic Threat: Myth or Reality, Oxford University Press, 1999; p. 210.

(5) Olivier Roy, intervention a la conference sur l'islam et la democratie, Universite de Berkeley, Californie, Juin 2005 (pour voir une video de la conference, cliquez ici). En fait, beaucoup d'islamologues et d'observateurs occidentaux estiment maintenant qu'adopter une strategie purement securitaire vis-a-vis de l'islamisme ne marchera pas. Le penseur seculariste egyptien Saad Eddine Ibrahim estime, quant a lui, que la pensee politique de certains mouvements islamistes egyptiens (dont les freres musulmans) a beaucoup evolue ces dernieres annees vers une acceptation reelle du processus democratique, et que le gouvernement egyptien devrait leur permettre de participer au processus politique de son pays. Lire aussi a ce sujet cet article paru recemment sur les pages d'al-Hayat.

(6) Au lendemain des declarations intempestives de Nadia Yassine sur la monarchie au Maroc (que je ne partage pas du tout, par ailleurs, pour des raisons que j'expliquerai peut-etre plus tard sur ce blog), on assiste a une veritable mise a l'index de tous ceux qui ont choisi de lui porter leur soutien, par ceux-la meme qui pendant des annees ont milite pour reclamer le droit a la liberte d'expression. Pour un exemple typique d'une attaque personnelle caracterisee, denuee d'arguments, voir l'article Hicham Alaoui ou la stratégie du chaos, paru dans le quotidien Aujourd'hui le Maroc.

Tuesday, June 21, 2005

Le scandale de pornographie à Agadir

Le scandale des photos pornographiques d’Agadir ne finit pas de faire parler de lui. Rappelons les faits : un pervers belge, du nom de Philippe Servaty, alors journaliste du quotidien « Le soir » fait des voyages réguliers à Agadir, promet la « lune » et le « paradis » à ses conquêtes d’un soir, et obtient sans difficultés le consentement de ses dernières pour, non seulement passer à l’acte sexuel, mais pour faire des photos pornographiques d’une obscénité rare. Le belge, par la suite publiera ces photos sur Internet… Les médias marocains, avec à leur tête Tel Quel, en ont fait quelques échos. Tel Quel, dans son numéro qui sera en ligne dans quelques jours, a fait état des échos dans en Belgique où l’indignation est générale et des poursuites contre Servaty sont envisagées.

Rapidement, ce scandale m’inspire les réflexions suivantes :

1. D’abord, il va sans dire que ce scandale n’a vu le jour qu’à cause (ou grâce) à la diffusion des photos sur le Net. Des histoires de ce type ne sont plus rares au Maroc, malheureusement. Sur le site http://petition.canalblog.com/, Nadia nous apprend que la chaîne de TV Al-Arabiah en a aussi parlé. En vérifiant, j’ai constaté que Al-Arabiah est allée encore plus loin. Elle a consacré tout un dossier à la « prostitution marocaine » dans les pays du golfe, dans les boites de nuit … Israéliennes, etc. Il est fait mention, également, de la prostitution homosexuelle et d’autres scandales liés au commerce de la prostitution.

2. On ne peut plus se recroqueviller derrière l’excuse éternelle de la pauvreté et la misère pour expliquer ces scandales. En témoignent les photos pornographiques dégradantes que toutes ces femmes ont accepté sans vergogne de faire. Se faire uriner dessus, se prêter à des séances de photos pornographiques avec un voile sur la tête ou en position de prière va évidemment au-delà de la misère ou des promesses de mariage. Il faut bien se rendre à l’évidence. Les causes sont à chercher ailleurs. La principale à mon avis, est ce matérialisme sauvage, phénomène assez récent qui a gagné, sans préavis, les esprits de la société Marocaine. La disparité économique croissant de manière vertigineuse a corrompu les valeurs de la société. La drogue, la corruption, l’émigration, une mentalité fondée généralement sur le « paraître » plutôt que le « être », les chaînes satellitaires pornographiques disponibles un peu partout dans les foyers Marocains, et d’autres facteurs ont fait que des personnes n’acceptent plus une vie modeste mais décente comme auparavant. Elles veulent accéder à la richesse et au luxe qu’elle qu’en soit la manière. Le pire est que les générations de leurs parents (certaines, je ne généralise pas, évidemment) ont également capitulé devant les promesses et les nouvelles portes au luxe, ouvertes devant leurs filles (ou fils). Luxe qu’elles n’ont pas eu le loisir de vivre dans leur jeunesse.

3. Le projet de 10 millions de touristes est un très bon plan. Aussi faut-il le préparer minutieusement pour qu’il ne se transforme pas en une dérive dont les conséquences seraient très néfastes sur tous les plans. Sur l’article de Tel Quel à paraître, on apprend que Servaty, après avoir diffusé les photos sur Internet, a reçu des emails de gens le priant de leur filer des tuyaux leur permettant de répéter les mêmes « prouesses » chez nous…

4. Les conséquences à moyen terme de ces histoires, qu’elles deviennent publiques ou non, pourraient être dangereuses. Nous savons tous que le marché de la prostitution est très prolifique. Il attire systématiquement la mafia qui, au départ, commence de manière soft mais, après, fait des prostituées des esclaves. La mafia associera bien sur la drogue à son entreprise, et une fois la concurrence devient rude, elle passe aux armes. Ce n’est sûrement pas ce que les 10 millions de touristes potentiels aimeraient entendre. Et ce n’est sûrement pas bon pour la sécurité de notre pays.

5. Ces histoires à répétition rendent, également, vulnérable une bonne partie de la population aux discours incendiaires de certains prêcheurs d’un Islam très dur, étroit d’esprit, qui refuserait tout ce qui est lié de près ou de loin à la modernité, en faisant un amalgame entre l’évolution naturelle d’une société vers de nouveaux horizons, et la dégradation des mœurs et la débauche qu’il faut condamner sans renoncer à la modernité.


Pour en savoir plus :

Tel Quel: Enquête. Pornographie et abus de confiance

Tel Quel : Scandale porno d’Agadir. Sur la piste du coupable

Tel Quel : Scandale porno d'Agadir. Le filet se ressèrre (article à paraître dans quelques jours).

Le dossier d’Alarabiah

Thursday, June 16, 2005

Petition pour la liberation des prisonniers de guerre marocains detenus par le Polisario

Hier, j'ai recu un email d'un ami marocain, contenant un appel lance par l'ex-ambassadeur americain au Maroc, Edward Gabriel, au sujet des prisonniers de guerre marocains detenus depuis des annees par le Polisario (il y a une petition a signer, et, si vous ne l'avez pas deja fait, visitez www.freethemnow.org et ajoutez votre signature). Texte de l'appel:

This week Senator McCain appeared on several talk shows and conducted a press conference with six former Moroccan Prisoners of War. The Moroccans are trying to bring attention to the American people of 408 of their comrades who are held captive by a warring group. A ceasefire was agreed to in 1991 between Morocco and this group. The Geneva Convention stipulates that all POW's must be released when there is a ceasefire, now fourteen years ago. Most of the remaining POW's have been held for more than twenty years. Most of them are now in their fifties.

I would like to ask you to two favors. First go to their website, www.freethemnow.org and sign onto the petition. Secondly, please take a few minutes to send this email out to as many people as possible with the same request.

I am grateful for your attention to this request, and believe we can finally release all remaining POW's in the near term, with your help.

Edward M. Gabriel
President & CEO
The Gabriel Company, LLC
1101 Vermont Avenue, NW, Suite 411
Washington, DC 20005
Tel 202.887.1113
Fax 202.887.1115

Tuesday, June 14, 2005

Vers la théocratisation et l’éthnisation du paysage politique Marocain ?

D’abord l’agrément (1) du ministère de l’intérieur donné, il y a une semaine, à la création d’un second parti islamique "Alternative civilisationnelle" ("Al Badil al Hadari"). Ensuite, encouragée par cette autorisation, la demande (2) solennelle, quelques jours plus tard, de militants de la cause berbère pour la création du Parti démocratique amazigh (PDA). Le PDA ne manque pas d’arguments pour revendiquer son entrée sur la scène politique. Au projet de loi voulant interdire tout référentiel religieux ou ethnique, il oppose la non cohérence de l’application de « deux poids deux mesures », puisque le PJD et le Badil Al Hadari, eux, ont bien été autorisés. Pour déjouer ce projet, le PDA affirme, de plus, que le parti est ouvert à toutes les ethnies, même si la manœuvre est plus politicienne qu’autre chose (on voit mal le parti attirer un nombre suffisant de citoyens non amazigh.). La cohérence et la logique sont là, et c’est cela ce qui importe.

Deux mots sur Al Badil Hadari: D’abord une bonne nouvelle pour les partis Marocains traditionnels : L’entrée en jeu du Badil aura vraisemblablement pour conséquence l’affaiblissement du PJD, leur coriace adversaire, qui verra certaines de ses voix, déçues ou dissidentes, se tourner vers le nouveau venu. Ensuite, comme le souligne Mustapha Mouâtassim, le secrétaire général du parti, elle permettra d’enrichir « la différence au sein d'une même sensibilité (islamique) », et fera en sorte que personne « ne monopolise le référentiel islamique au Maroc ». Ce dernier point est capital, à mon avis. L’assurance de ne pas voir le référentiel islamique monopolisé par un seul parti aidera à lever la confusion entre Islam et partis islamiques, confusion criante dans le monde arabo-musulman contemporain. Elle rendra, ainsi, plus aisée, la désacralisation des partis politiques islamiques sans pour autant désacraliser l’Islam lui-même. Arriver à ce stade sera primordial pour mener des débats politiques dans la sérénité. Mises à part ces précisions, Al Badil al Hadari clame (3) haut et fort que son credo principal est la promotion de la démocratie et qu’il n’hésitera pas à nouer une alliance avec tout parti démocratique dont le projet de société est similaire, qu’il soit « laïc, de gauche, de droite ou islamiste ». Ce que je trouve très salutaire. Que les alliances portent sur les valeurs, les projets et non sur les idéologies leur donnant naissance !

Notons, au passage, que le refus initial du pouvoir d’autoriser Al Badil était du à la supposée identité chiite (4) de ses membres, « accusation » démentie par les concernés. Mais cela (le refus) est une autre histoire…

En dehors de ces considérations, s’achemine t-on vers une éthnisation et une théocratisation du paysage politique marocain ? Peut être, mais je pense qu’il s’agit d’une phase normale, dont il ne faut pas exagérer la portée. Au-delà des soupçons et/ou calculs des uns et des autres, les islamistes lancent des partis politiques afin de, entre autres, faire respecter l’identité musulmane du Maroc, les berbères, afin de faire respecter l’identité amazigh, etc. Quoi de plus normal si les différentes sensibilités se sentaient (sentent), à raison ou à tort, opprimées et bafouées dans leur droit identitaire, etc., et réagissent en conséquence. Du moment, bien sur, que les structures politiques sont adéquates et ne permettent pas l’anarchie ou la mainmise d’un parti sur les autres, ce qui est heureusement le cas dans notre pays. Une fois les différentes frustrations (identitaires, religieuses) libérées, l’avenir appartiendra aux formations politiques qui sauront tenir compte des différentes sensibilités (ethnique, religieuse, laïque, féministe, etc.), écouter leurs aspirations et dissiper leurs craintes, tout en proposant un projet de société global, solide et sans qu’il soit centré sur des références religieuses ou ethniques.

Références du billet

Wednesday, June 08, 2005

Mohammed Lechheb sur la question du Sahara

Le directeur du bureau d'al-Hayat au Maroc, Mohammed Lechheb, est un veteran du journalisme marocain. N'ayant jamais eu l'occasion de le rencontrer, je ne suis pas sur a quelle generation il appartient, mais j'ai cru comprendre, a travers ses ecrits, qu'il faisait deja partie du metier dans les annees 70, les fameuses annees de plomb, pendant lesquelles il avait eu l'occasion de rencontrer et d'interviewer des personnalites de l'opposition pour le compte de journaux marocains de l'epoque. Bref, dans un article paru Lundi dernier, Mohammed Lechheb parle du role du colonialisme europeen, qui, en partitionnant le Maghreb en plusieurs regions d'influence, a seme les grains des separatismes ulterieurs dans toute la region. A la fin de son article, il reprend une vieille idee:

التاريخ يكتب بمداد الفرصة الضائعة، على أمل ألا تضيع فرص أخرى، طالما أن التمسك بالهوية لا يعني أن لكل قبيلة وطناً، ولكل جماعة ملاذاً غير الوطن الموحد. والأقرب أن عراق القومية العربية آل الى رئيس من الزعامة الكردية، ولا بأس من التذكر بأنه كان هناك في المغرب من يحبذ أن يكون رئيس الوزراء من اصول صحراوية.

لمَ لا. ألم يصبح المعارض الرقم واحد عبدالرحمن اليوسفي رئيس وزراء؟

Bien que je ne soit pas personellement contre l'idee, je ne suis pas du tout convaincu que nommer un premier ministre Sahraoui pourra, au stade ou l'on est aujourd'hui, changer quoi que ce soit a la solution du probleme. Un premier ministre (ou meme un ministre des affaires etrangeres) Sahraoui au tout debut du conflit (au debut des annees 80 par exemple) aurait peut-etre pu gagner plus de soutien pour la cause marocaine chez les tribus Sahraouis, facilitant ainsi la tenue d'un referendum, ce qui aurait resolu le probleme une bonne fois pour toutes. Maintenant que les negociations avec le Polisario sont au point mort, que le referundum semble bien etre mort et enterre, et que l'effort diplomatique entre les differentes parties semble etre a son plus bas niveau depuis bien des annees, qu'est-ce qu'on pourrait bien attendre d'un tel premier ministre? Il ne peut tout de meme pas esperer raviver le referundum. Alors, a quoi bon pourrait servir l'appartenance "ethnique" d'un eventuel premier ministre Sahraoui? Y a-t-il quelque chose qui m'echappe ici? J'attends vos reactions!

Saturday, June 04, 2005

Le mythe de « Bent Lblad »

Le billet que j’ouvre, part d’une statistique révélée, dans notre discussion sur les écoles Américaines au Maroc, par notre amie Blue Velvet : « dans le resencement cite par Karim, figure une donnee tres interessante: le taux des Marocains non-maries est le plus haut de tous les Arabes :)) ». Les raisons ? plusieurs selon BV:

« -le mythe de Bent lblad, la seule, l'unique, l'introuvable perle :) (Regardez les annonces sur wafin.com si vous pensez que j'exagere).
- Soyons serieux: Je crois que pour beaucoup, qui vivent sur deux petits boulots, parfois plus, la vie est difficile et ne permet pas de fonder un foyer.
-Ceux qui ont une situation passent pas le "papillonage affectif", se disent qu'ils ne vont pas rester eternellement aux US. Les annees passent, ete apres ete, ils rentrent au Maroc en vacances mais il est difficile de rencontrer la perle rare.
- je pense que les Marocains sont exigeants et originaux. Quelque part, ils ont raison...
»

Ce que je remarque, en lisant les causes que tu avances, BV, est que leur validité (ou non, pour rester objectif) concerne tout autant les Marocains vivant au Maroc que ceux d’Europe ou d’Amérique du Nord. A des degrés divers, il est vrai, certaines pouvant même passer d’une extrémité à une autre. Ceci juste pour affirmer que le sujet concerne tous les Marocains quelque soit leur lieu de séjour. C’est un clin d’œil à nos amis d’Europe et du Maroc!

Pour le reste, BV a également précisé : « I might be wrong. Comme on dit, c'est l'esquisse du commencement du debut d'une reponse. » Eh ben, pour faire le tour de ces quatre phases, je présume qu’il y aura de quoi écrire un livre ! A la mesure de la passion suscitée par le sujet… Sans tarder, je ne vais pas émettre de réaction personnelle à ce stade; je ne veux pas «corrompre» l’esprit de départ des tes réflexions. Pourrais-tu, donc, nous en dire davantage, BV, sur les points que tu as soulevés et éventuellement sur d’autres? A toi l’honneur!

Wednesday, June 01, 2005

Les Français du Maroc ont voté "oui" à la Constitution européenne

"RABAT (AP) - Le "oui" à la Constitution européenne l'a largement emporté dimanche parmi les Français résidant au Maroc, dont 83,84% ont approuvé le traité, a annoncé l'ambassade de France à Rabat lundi. Quelque 5.929 Français se sont prononcés en faveur de la Constitution, contre 1.143 qui l'ont rejetée. La participation a toutefois été assez faible avec un taux de 52%, soit 7.145 votants sur un total de 13.756 inscrits.
La communauté française au Maroc, en pleine expansion depuis 2002 et l'une des plus importantes en dehors de l'Union européenne, est estimée à quelque 30.000 personnes, la moitié d'entre elles n'étant pas inscrites dans les différents consulats du royaume. AP"

Intéressants ces chiffres. La discordance entre le pourcentage du "oui" des Français du Maroc et le pourcentage national est frappante. La différence avoisine les 40% ! On aurait aimé en savoir davantage sur les raisons d’une telle disparité en questionnant directement les concernés. Ou la réponse, tiendrait-elle simplement dans le fait que ces Français étant des émigrés, ils sont moins hostiles à aller vers l’autre (l’Europe dans ce cas), à découvrir et à oser en quête d’un avenir meilleur, en plus du fait qu’ils ne souffrent pas de la crise sociale at home en France ? Je n’en sais rien.