Thursday, March 30, 2006

The Caliph's House

C'est le titre d'un livre ecrit par un auteur anglais (d'origine indienne, je crois) qui est venu s'installer a Casablanca, et qui a restaure une maison traditionelle qui fut autrefois la demeure d'un Khlifa (je suppose qu'il s'agit du vice-qaid d'une commune). Il y avait un article sur le livre dans le New York Times il y a deux semaines a peu pres, et aujourd'hui il y avait un autre article, egalement dans le NYT, sur l'auteur et sa petite famille, avec de superbes photos de la maison sujet du livre. Allez jeter un coup d'oeil: meme si vous n'avez pas le temps de lire l'article, les photos valent le detour!

N.B. Pour acceder au second article, vous pourrez avoir besoin de creer un compte avec le NYT. Il suffit pour cela de choisir un username, un mot de passe, et de fournir une adresse email. En plus, c'est gratuit. Pour s'enregistrer, cliquez ici. Une fois le compte cree, si la machine utilisee supporte les cookies, on n'a plus besoin de se loguer a chaque fois pour lire les articles du NYT: le processus devient automatique. Bien sur, certains articles faisant partie d'une selection appelee "NYT Select" sont payants et restent restreints aux abonnes, mais des articles tels que ceux auxquels j'ai donne le lien sont accessibles aux "registered users".

Saturday, March 25, 2006

Fierte legitime ou chauvinisme injustifie ?

Alors que la mondialisation bat son plein, et que l'anglais est, pour le moment, la langue incontestee de la science, de la technologie, et du commerce international, le president francais Jacques Chirac a decide de boycotter [arabe, francais] le discours de M. Ernest-Antoine Seillière, francais de son etat et président de l'Union des industries de la communauté européenne, qui avait decide de s'exprimer devant le conseil de l'Europe en langue anglaise. Il me semble qu'il y a deux petits problemes avec la position de Jacques Chirac dans cette affaire.

Tout d'abord, au cours de son premier mandat, Chirac, au cours d'une visite officielle en Amerique, avait ete l'invite de Larry King sur CNN, et avait cru bon de s'exprimer en anglais en direct sur la chaine de television americaine. Je me souviens que cela m'avait un peu surpris a l'epoque. En acceptant que son interview sur CNN soit conduite en anglais, le president francais encourageait ses compatriotes a faire pareil. Du moins, il leur envoyait le signal que c'etait "OK" de le faire si le contexte l'exigeait. Dans cette optique, je trouve que M. Seilliere etait parfaitement dans son droit lorsqu'il voulait donner son discours en anglais, langue des affaires internationales, dans une reunion du conseil de l'Europe.

D'un autre cote, si le president francais, en bon leader nationaliste, a voulu faire un coup de theatre pour exprimer son refus de l'hegemonie de l'anglais aux depends du francais, eh bien je ne vois pas au nom de quel prinicipe ce meme president entretient des efforts officiels pour maintenir l'hegemonie de la langue francaise dans les ex-protectorats et colonies de la France (specialement au sein des elites) aux depends des langues autochtones.

Ceci dit, je peux parfaitement comprendre que le chef d'un etat veuille valoriser la (ou les) langue(s) de son pays. C'est une position legitime que je respecte parfaitement, a condition de montrer, au passage, un minimum de coherence et de respect pour les langues et cultures des autres.

Sunday, March 05, 2006

“Al-Jazira” vue par Fouad Laroui

Comme Fouad Laroui, j’ai connu sur le tard Al-Jazira, il y a 2 ou 3 ans. Malgré (ou en raison de) sa notoriété dans le monde et surtout sur la scène Arabe, j’avais la crainte que cette chaîne faisait du populisme son pain quotidien. Seulement voilà, Al-Jazira est bien mieux que cela. Elle n’est, sans doute, pas exempte de reproches, mais elle est largement moins critiquable que les CNN, MSNBC sans parler bien sur de Fox News…

Fouad Laroui s’est abonné, l’année dernière, à Al-Jazira, et l’a suivie systématiquement pendant un an. Il vient de livrer sur les colonnes de Jeune Afrique/l'Intelligent, ses impressions sur la plus fameuse chaîne Arabe. Son analyse, agrémentée de l’humour qui lui est caractéristique, est d’une pertinence incontestable. Laroui, notamment, révoque l’étiquette « pro Islam radical » qu’on a voulu coller à la chaîne ici et là et conseille aux US de, plutôt, la subventionner…